2018-03-11

Vous ne serez jamais aussi jeune qu'aujourd'hui


Il fait 30 degrés celsius à Port-au-Prince en cette journée de Mercredi 14 Août. Jean jette un coup d’oeil à sa montre qui marque 14 heures, il guette la sortie des voyageurs du vol PA207 en provenance de New York. Son cousin, Albert devrait se montrer d’un moment à l’autre, ce dernier vient passer deux semaines de vacances après s’être installé depuis dix ans aux Etats-Unis. A l’aéroport Toussaint Louverture, en cette période de l’année, il y a une affluence de touristes. Jean aperçut son cousin au loin, il lui fit signe et courra à sa rencontre.

- Salut, Cousin ! Bienvenu en Haïti, dit Jean en lui donnant une accolade.
- Salut Jean, je suis ravi d’être de retour au bercail après tant d’années, j’ai beaucoup à faire, à commencer par mon plat préféré le fameux riz Djon Djon accompagné de bananes plantain frites et légumes que je n’ai pas dégusté depuis des lustres.
Jean, montrant le chemin, ils se dirigèrent vers une familiale où il plaça ses bagages dans le coffre et démarra en trombe.
- Je t’emmène manger dans mon restaurant préféré Le Paradis du Ventre qui se trouve à Frères, ainsi, dès aujourd’hui tu pourras rayer le riz Djon Djon de ta liste des choses à faire pendant tes vacances, affirma Jean sans quitter la route des yeux.
Trente minutes plus tard, ils arrivèrent devant une batisse peinte en vert et bleu entourée de roses et d’hibiscus. Ils s’installèrent à une table près d’une fenêtre avec une vue imprenable sur les mornes de Boutiliers. Leurs commandes étant placées, Albert entama :
- Comment vont les affaires ? Es tu toujours dans la construction et l’immobilier ?
- Actuellement, je suis un retraité, c’est mon fils Bertrand qui tient les rênes de ma firme désormais. J’ai beaucoup de temps libre, je pense de plus en plus à mon rêve d’écrire un roman ; mais à soixante sept ans, il est trop tard pour devenir auteur, répondit Jean
- Tu sais Jean, tu ne ne seras jamais aussi jeune qu’aujourd’hui. Accepte le passé et utilise le moment présent pour réaliser ce qui te tient à coeur. Si ton rêve est d’écrire un roman, engage-toi à le faire dès aujourd’hui. Arrête de nourrir des réflexions limitantes sur ton âge, elles ne t’aideront pas. Tu t’imagines, si je tenais de pareils propos, je ne réaliserais jamais mon rêve de courir le marathon de New York en 2011 à quarante cinq ans ; je me suis entraîné tous les jours en commençant par des petites séances de jogging de 20 à 30 minutes, puis j’ai graduellement augmenté mon entraînement à trois heures. Finalement, j’ai terminé 44ème sur environ 30000 participants. J’ai eu l’euphorie et la fierté d’avoir terminé le parcours, d’avoir accompli quelque chose qui me tenait à coeur. Alors, je t’encourage à foncer vers la réalisation de ton rêve.
- Je comprends qu’il faut de la confiance en soi, de la persévérance et de l’action dans le moment présent pour réaliser son rêve, aquiesça Jean
- En fin de compte cousin, personne ne croira en tes rêves à ta place. 


8 commentaires:

  1. Merci pour ton commentaire Claire ; je suis content que tu l'aies aimé.

    RépondreSupprimer
  2. Message bien reçu mon ami. Ici et maintenant!

    RépondreSupprimer
  3. That’s pretty good. Keep doing your thing.

    RépondreSupprimer
  4. Très bon texte ! Bravo GG !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, content de savoir qu'il t'ait plu L. A

      Supprimer

Votre support ? Alors commentez et partagez. Merci